Cycle « Pirates »: Cyclone à la Jamaïque, un film de Alexander Mackendrick (1965)

mercredi 25 octobre 2017, 14h15, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Au XIXème siècle, à la suite d’un terrible cyclone à la Jamaïque, des colons anglais décident d’envoyer leurs enfants par bateau en Angleterre. En cours de route, le bateau est attaqué par un navire pirate commandé par Chavez. Les enfants se retrouvent embarqués à l’insu des pirates sur leur bateau et devront vivre avec eux les différents péripéties de leurs aventures. Peu habitué à de tels passagers, le capitaine Chavez finit par s’humaniser à leur contact alors que l’équipage pense que les enfants leur portent malheur .

Cahiers du cinéma: « Ce grand film sauvage reste l’un des plus lumineux ovnis de l’histoire du cinéma hollywoodien.  »

Le Monde: « Cyclone à la Jamaïque constitue une nouvelle et originale dimension du film d’aventures maritimes. Les conventions du genre en sont insidieusement détournées pour déboucher sur une réflexion, non dénuée de cruauté, sur l’enfance, l’apprentissage de la vie, la civilisation et l’innocence. »

Les Inrockuptibles: « C’est un chef-d’œuvre secret du cinéma, dont les admirateurs énoncent le titre comme un mot de passe. Cyclone à la Jamaïque est sans doute un des plus beaux titres de l’histoire du cinéma anglais et du cinéma d’aventures, et bien plus que cela »

Cycle « Pirates »: La Flibustière des Antilles, un film de Jacques Tourneur (1951)

mercredi 18 octobre 2017, 14h30, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

À la tête du « Sheba Queen », le capitaine Anne Providence coule un navire anglais dont tous les hommes, y compris le commandant, sont impitoyablement jetés à la mer. À la dernière minute, elle épargne Pierre-François, un Français trouvé dans la cale qu’elle nomme aussitôt premier maître.

À Nassau, le pirate Barbe-Noire, ami d’Anne la considérant comme sa protégée, croit reconnaître le Français qui, à la faveur d’un duel, s’éclipse. À son retour, il est mis aux fers et fouetté. Dans sa cabine, le docteur Jameson a découvert une moitié de carte indiquant l’existence d’un trésor caché…

Cycle « Pirates »: L’ Aigle des mers, un film de Michaël Curtiz (1940)

mercredis 4 et 11 septembre 2017, 14h30, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Chef d’œuvre du film d’aventures maritimes, L’Aigle des mers de Michaël Curtiz enchantera le spectateur par ses reconstitutions spectaculaires de batailles navales et le brio d’Errol Flynn dans le rôle de Geoffrey Thorpe, corsaire missionné en 1585 par la reine Elizabeth pour empêcher la flotte espagnole d’envahir l’Angleterre…

Comme l’explique fort bien Julien Léonard dans le site dvd classik: « L’Aigle des mers est un film merveilleux, au noir et blanc raffiné et composé à la perfection. Les éclairages demandés par Curtiz font merveille et les scènes de dialogues sont aussi soignées que les scènes d’action. Se jouant de la gravité, sa caméra survole une scène de bataille navale littéralement destructrice, basant sa grammaire sur un montage respectant rigoureusement un timing précis, tout en conservant une lisibilité parfaite. Il enchaîne ainsi les effets spéciaux, entremêle les plans rapprochés et les plans larges, libère le duel des deux navires de toute contrainte technique et exécute une séquence d’abordage sans équivalent. Combats, chutes, tirs, cliquetis d’épées, corps à corps et canonnades, rien ne manque, orchestré par un maître d’œuvre précautionneux. Avec une telle ouverture, on peut légitimement se demander comment le film va tenir sur la distance. Et c’est ici que le scénario et Michael Curtiz déploient toute une part de leur génie : en ne recherchant pas la surenchère, à aucun prix. Curtiz n’a que faire de boucler son film par une scène de navire plus importante encore, de toute façon la chose est impossible. Il va donc offrir une progression intelligente à son récit, multipliant les moments de bravoure visuels (le palais de la reine, la scène des galères…) et proposant une vraie dramaturgie au public. Concernant sa science du montage et son respect du public (une belle progression plutôt qu’une surenchère d’effets, tout en maintenant l’exigence au plus haut niveau technique), et avec 70 ans d’avance, Curtiz met la honte à de nombreux réalisateurs d’aujourd’hui proprement incapables de construire leurs films dans cette optique. Une gifle monstrueuse au système actuel des studios hollywoodiens et ses films d’action épileptiques. »

« Sous les palmes »: Projection des travaux des élèves de l’année 2016-2017

mercredi 31 mai 2017, 14h00-16h00

« Sous les palmes »: Séance de projection des travaux des élèves réalisés dans l’année 2016-2017 sous la direction de M. Aucante:

  • Films d’animation des 6èmes
  • Films d’animation des 5èmes A et B, réalisés dans le cadre des EPI (Adaptations d’extraits de Vendredi ou la Vie sauvage de Michel Tournier)
  • Vidéo des 3èmes, réalisée dans le cadre des EPI
  • Court-métrage des 2ndes, réalisé dans le cadre de l’Option Arts platiques
  • Film des lycéens

Cycle « Renards »: The plague dogs, un film de Martin Rosen (1982)

mercredi 15 mars 2017, 14h35, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Rowf, un labrador, et Snitter, un fox-terrier à poil lisse, vivent dans un laboratoire d’expérimentations scientifiques, l’ARSE, situé dans le Lake District, au nord-ouest de l’Angleterre. Une nuit, ils découvrent un moyen de s’évader du laboratoire afin d’échapper aux expériences cruelles qu’ils y subissent. Peu après, une rumeur se répand selon laquelle les deux animaux pourraient être porteurs du virus de la peste. Pris en chasse par des militaires et par les médias, les deux chiens, guidés par un renard surnommé « le rusé », tentent de s’échapper vers une vie meilleure.

(source: Wikipédia)

Cycle « Louis de Funès »: Oscar, un film d’Edouard Molinaro (1967)

mercredi 1er mars 2017, 14h30, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en français)

Mettant en vedette Louis de Funès, le film raconte l’histoire d’un industriel (incarné par De Funès) qui découvre au cours d’une seule journée que sa fille est enceinte, qu’il a été volé par un employé et que d’autres calamités se sont abattues dans sa maison et son entreprise.

Adaptation cinématographique de la pièce éponyme de Claude Magnier, qui rencontra un succès au début des années 1960 avec, déjà, de Funès dans le rôle principal, Oscar rencontre un énorme succès commercial, dès sa sortie, en octobre 1967, avec 6,1 millions d’entrées, se classant à la seconde place des films ayant fait le plus d’entrées cette année-là.

(source: Wikipédia)

Cycle « Louis de Funès »: La Traversée de Paris, un film de Claude Autant-Lara (1956)

mercredi 15 février 2017, 14h30, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en français)

« Sous l’Occupation, Martin, brave homme au chômage, doit convoyer à l’autre bout de Paris quatre valises pleines de porc. Son acolyte habituel ayant été arrêté, il fait appel à un inconnu, Grandgil. Mais celui-ci se révèle vite incontrôlable et le trajet périlleux.

Adapté d’une nouvelle de Marcel Aymé, La traversée de Paris marque l’apogée du cinéma de « qualité française », à quelques mois de l’apparition de la Nouvelle Vague. Aidé de ses fidèles scénaristes Aurenche et Bost, Claude Autant-Lara, ici à son meilleur, propose un portrait, inédit à l’époque, de la vie quotidienne sous l’Occupation, avec sa débrouillardise, ses mesquineries et ses compromissions (…) Mais il ne faudrait pas réduire La traversée de Paris à cet aspect historique. Martin et Grandgil forment un étonnant duo de cinéma, dans une veine picaresque et satirique plutôt jouissive. Les prises de vue nocturnes des quartiers parisiens où les deux comparses tentent d’échapper aux chiens renifleurs et aux autorités alternent avec plusieurs scènes d’intérieur savoureuses, ayant pour décor un restaurant, deux cafés, une épicerie, un appartement bourgeois et un poste de police. (…) Il faut voir Jean Gabin (à son sommet) faire tourner en bourrique un Louis de Funès surexcité ou engueuler une tenancière de bar effrayée (Georgette Anys) pour apprécier tant la verve des auteurs qu’un numéro d’acteur irrésistible. »

(source: à voir, à lire)

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Atlantique, latitude 41°, un film de Roy Ward Baker (1958)

mercredi 8 février 2017, 14h05, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Le 10 avril 1912, le Titanic, luxueux paquebot de 269 mètres de long, quitte Southampton pour sa première traversée à destination de New York, emportant à son bord quelque 2208 passagers. Le 14 avril, vers 23 h 40, le vapeur file sur l’Atlantique alors que la fête bat son plein, quand la vigie signale un iceberg droit devant… Nous sommes à 41° de latitude nord…

Cette adaptation du livre La Nuit du « Titanic », écrit en1955 par l’historien américain Walter Lord, relate le naufrage en 1912 du Titanic. C’est un film de référence sur ce naufrage, basé sur les témoignages d’une cinquantaine de survivants.

 

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Moby Dick, de John Huston (1956)

mercredi 25 janvier 2017, 14h05, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Achab, chasseur de baleines et capitaine du Pequod, n’a pas oublié sa première rencontre avec Moby Dick, la terrible baleine blanche. Depuis, il lui manque une jambe! Il n’a qu’une idée en tête: retrouver Moby Dick et se venger coûte que coûte, quitte à mettre en péril tout son équipage…

Le célèbre roman de Hermann Melville, publié en 1851, est ici magistralement adapté par John Huston un peu plus d’un siècle plus tard, en 1956.

 

 

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Les révoltés du Bounty, de Franck Lloyd (1935)

mercredis 11 et 18 janvier 2017, 14h50, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

En 1789 (la même année que la Révolution française) le capitaine du Bounty faisait régner la terreur à bord de son navire, un trois mâts de la Royal Navy, parti d’Anglettre en 1787 à destination de Tahiti, d’où il devait rapporter des arbres à pain. Les mauvais traitements qu’il inflige à l’équipage vont entraîner une mutinerie devenue célèbre dans la littérature et à travers les nombreuses adaptations cinématographiques qui en ont été donné.

Celle de Franck Lloyd, avec Clark Gable et Charles Laughton, est la plus belle. Oscar du meilleur film en 1936.