Cycle “Louis de Funès”: La Traversée de Paris, un film de Claude Autant-Lara (1956)

mercredi 15 février 2017, 14h30, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en français)

“Sous l’Occupation, Martin, brave homme au chômage, doit convoyer à l’autre bout de Paris quatre valises pleines de porc. Son acolyte habituel ayant été arrêté, il fait appel à un inconnu, Grandgil. Mais celui-ci se révèle vite incontrôlable et le trajet périlleux.

Adapté d’une nouvelle de Marcel Aymé, La traversée de Paris marque l’apogée du cinéma de « qualité française », à quelques mois de l’apparition de la Nouvelle Vague. Aidé de ses fidèles scénaristes Aurenche et Bost, Claude Autant-Lara, ici à son meilleur, propose un portrait, inédit à l’époque, de la vie quotidienne sous l’Occupation, avec sa débrouillardise, ses mesquineries et ses compromissions (…) Mais il ne faudrait pas réduire La traversée de Paris à cet aspect historique. Martin et Grandgil forment un étonnant duo de cinéma, dans une veine picaresque et satirique plutôt jouissive. Les prises de vue nocturnes des quartiers parisiens où les deux comparses tentent d’échapper aux chiens renifleurs et aux autorités alternent avec plusieurs scènes d’intérieur savoureuses, ayant pour décor un restaurant, deux cafés, une épicerie, un appartement bourgeois et un poste de police. (…) Il faut voir Jean Gabin (à son sommet) faire tourner en bourrique un Louis de Funès surexcité ou engueuler une tenancière de bar effrayée (Georgette Anys) pour apprécier tant la verve des auteurs qu’un numéro d’acteur irrésistible.”

(source: à voir, à lire)

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Atlantique, latitude 41°, un film de Roy Ward Baker (1958)

mercredi 8 février 2017, 14h05, pour le Secondaire et le Primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Le 10 avril 1912, le Titanic, luxueux paquebot de 269 mètres de long, quitte Southampton pour sa première traversée à destination de New York, emportant à son bord quelque 2208 passagers. Le 14 avril, vers 23 h 40, le vapeur file sur l’Atlantique alors que la fête bat son plein, quand la vigie signale un iceberg droit devant… Nous sommes à 41° de latitude nord…

Cette adaptation du livre La Nuit du « Titanic », écrit en1955 par l’historien américain Walter Lord, relate le naufrage en 1912 du Titanic. C’est un film de référence sur ce naufrage, basé sur les témoignages d’une cinquantaine de survivants.

 

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Moby Dick, de John Huston (1956)

mercredi 25 janvier 2017, 14h05, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

Achab, chasseur de baleines et capitaine du Pequod, n’a pas oublié sa première rencontre avec Moby Dick, la terrible baleine blanche. Depuis, il lui manque une jambe! Il n’a qu’une idée en tête: retrouver Moby Dick et se venger coûte que coûte, quitte à mettre en péril tout son équipage…

Le célèbre roman de Hermann Melville, publié en 1851, est ici magistralement adapté par John Huston un peu plus d’un siècle plus tard, en 1956.

 

 

Cycle « Bateaux historiques et légendaires »: Les révoltés du Bounty, de Franck Lloyd (1935)

mercredis 11 et 18 janvier 2017, 14h50, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en anglais sous-titré en français)

En 1789 (la même année que la Révolution française) le capitaine du Bounty faisait régner la terreur à bord de son navire, un trois mâts de la Royal Navy, parti d’Anglettre en 1787 à destination de Tahiti, d’où il devait rapporter des arbres à pain. Les mauvais traitements qu’il inflige à l’équipage vont entraîner une mutinerie devenue célèbre dans la littérature et à travers les nombreuses adaptations cinématographiques qui en ont été donné.

Celle de Franck Lloyd, avec Clark Gable et Charles Laughton, est la plus belle. Oscar du meilleur film en 1936.

 

Cycle « Parler à son père »: L’incompris, un film de Luigi Comencini (1966)

mercredi 7 décembre 2016, 14h15, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en italien sous-titré en français)

Le consul du Royaume-Uni à Florence, Sir John Duncombe, vient de perdre son épouse Adelaide. Il demande à Jonathan, son fils aîné, de ne rien dire à son jeune frère Matthew…

Remarquable observateur des différentes phases de l’enfance, Luigi Comencini soulignait, pour sa part, que « les enfants plus jeunes ont une espèce de dureté naturelle qui leur permet de résister, alors qu’en grandissant ils deviennent plus vulnérables… »

(source: wikipédia)

Cycle « Parler à son père »: Il était un père, un film de Yasujirô Ozu (1942)

mercredi 30 novembre 2016, 14h30, pour le secondaire et le primaire à partir du CM1 (film en japonais sous-titré en français)

Dans une ville de province, un enseignant veuf mène une vie modeste avec son fils unique. Lors d’un voyage scolaire, un élève se noie dans un lac. L’enseignant prend la responsabilité de l’accident et doit démissionner. Il quitte alors la ville avec son fils pour retrouver leur région natale…

Parmi l’impressionante filmographie d’Yasujiro Ozu , Il était un père reste l’un des films préférés du maître japonais avec Printemps tardif (1949) et Le Voyage a Tokyo (1953).

Cycle « Westerns de l’année 1956 »: Red sundown, un film de Jack Arnold

mercredi 2 novembre 2016, 14h35, pour le secondaire et le primaire à partir du cycle 3 (film en anglais sous-titré en français)

Un célèbre pistolero, Alec Longmire, las de sa vie d’aventure, chemine au hasard à la recherche de quelque travail… Il croise alors un pauvre hère titubant de soif: Bud Purvis, ancien tueur à gages. Alec le prend sur sa monture et le conduit au saloon. Après une altercation les deux compères doivent fuir devant toute une bande d’aventuriers menée par Rod Zellman. Ils se réfugient dans une cabane que leurs poursuivants prennent d’assaut. Il semble qu’il n’y ait aucune issue possible, sinon une mort certaine…

Cycle « Westerns de l’année 1956 »: Collines brûlantes, un film de Stuart Heisler

mercredi 19 octobre 2016, 14h25, pour le secondaire et le primaire à partir du cycle 3 (film en français)

Vengeance, vengeance, tel est le motif de bon nombre de westerns… Dans celui-ci, Trace Jordan veut venger la mort de son frère, Johnny, abattu sans pitié par les hommes de Joe Sutton. Devant la riche propriété de ce dernier, du nom d’Esperanza, Trace reconnaît immédiatement le cheval de son frère! A l’issue d’une querelle aussi brève que violente, il tire sur Joe Sutton et le blesse grièvement. Atteint à son tour par une balle, Trace s’enfuit et trouve refuge dans une mine abandonnée, plus mort que vif… Survient alors par hasard une jeune femme, qui va s’efforcer de le soigner et le protéger. Cependant, à Esperanza, la chasse à l’homme se prépare…

Cycle “Westerns de l’année 1956”: Sept hommes à abattre, un film de Budd Boetticher

mercredi 12 octobre 2016, 14h30, pour le secondaire et le primaire à partir du cycle 3 (film en anglais sous-titré en français)

Orphelin à l’adolescence difficile, passionné de sport, de football, de boxe, de corrida, Budd Boetticher finira par devenir réalisateur. Mais incapable de se plier au système des studios hollywoodiens, il réalise dans les années 50 plusieurs westerns indépendants avec l’acteur Randolph Scott, dont Sept hommes à abattre qui reste sa plus grande réussite.

Sept hommes à abattre raconte l’histoire d’un homme seul, parti à la recherche des meurtriers de sa femme, tuée lors d’un hold-up. Après en avoir abattu deux, il croise un couple de pionniers en difficulté, qui lui demandent sa protection  pour traverser le territoire des Indiens Chiricahuas…

André Bazin, critique de cinéma fondateur des Cahiers du Cinéma, écrivit sur ce film un long article, avertissant son lecteur qu’il allait lui parler d’un film qu’il ne verrait “sans doute jamais”, tout en précisant qu’il s’agissait “peut-être [du] meilleur western [qu’il ait] vu depuis la guerre, le plus raffiné et le moins esthète, le plus simple et le plus beau.”

Cycle “Robots”: Le jour où la terre s’arrêta, un film de Robert Wise (1951)

mercredi 2 mars 2016, 14h30, pour le secondaire et le primaire (film en anglais sous-titré en français)

 

 

Un engin extraterrestre atterrit en plein centre de Washington. Il est immédiatement entouré d’un cordon militaire et d’une foule de badauds. Le pilote, Klaatu, sort et annonce qu’il vient en paix. Mais un soldat perd son sang-froid, tire et le blesse au bras. Un robot humanoïde sort alors à son tour du vaisseau spatial…

(pour en savoir plus: Wikipédia)