Un article de Serge Cao

Serge Cao fut Directeur de l’École Colette en 1990-1991

  • Mai 1990 – 7 élèves de la Maternelle au CM.2
  • Juin 1990 – 14 inscrits pour la rentrée 90/91de la Maternelle à la 4ème de Collège
  • Septembre 1990 – 28 élèves fréquentent l’école
  • Juin 1991 – 44 élèves fréquentent l’école
  • Septembre 1991 – 65 élèves inscrits officiellement
  • Octobre 1991 – 59 élèves fréquentent l’école de la Maternelle à la 1ère.
Le 124 CMTT en 1990

Le 124 CMTT en 1990

Tout, ou presque, est dit dans ces quelques chiffres.
La création de l’Ecole Française Colette remonte à la nuit des temps. Il est fréquent de rencontrer de vieux vietnamiens qu s’exclament, lorsque nous leur répondons que nous travaillons à l’Ecole Colette : « Ah, l’école rouge ! » Alors, il nous faut expliquer que l’école rouge n’est plus rouge mais jaune, que les bâtiments ont été cédés par la France au Vietnam en 1976, que cette école rouge-jaune et devenue un collège vietnamien où l’on enseigne maintenant le français comme langue vivante I et qu’elle a aussi repris le nom de Colette depuis deux ans. Quoi qu’il en soit, l’entité administrative et pédagogique « Ecole Française Colette » école publique française en autonomie financière à gestion directe, a toujours perduré à HO CHI MINH-VILLE à travers les vicissitudes de la vie politique et économique du Vietnam et des relations franco-vietnamiennes. Elle est même implantée géographiquement à quelques minutes du Collège rouge-jaune, plus exactement au n° 124 Cach Mang Thang Tam. Elle se pare de tons verts et blancs avec une pointe de rouge de par ses toitures. Ainsi l’école française a toujours continué à fonctionner à HO CHI MINH-VILLE, mais à l’image du développement de la ville. En mai 1990, quelques enfants de nationalité française allaient étudier dans cette ancienne villa qui ressemblait davantage à un « poulailler » qu’à une école aux dires des anciens.

Juin 1990, l’heure de l’ouverture voit débarquer nombre de familles françaises, venant pour la plupart de l’étranger, catastrophées à juste titre par l’état de cette école. Elles décident avec l’appui dynamique du Consulat Général et de l’Ambassade d’entreprendre la rénovation. Un devis ambitieux mais réaliste est établi par Mr Bernard PRUNIERES, Attaché Culturel. Un poste de résident est créé par PARIS le 30 Août 90.

Après une rentrée retardée et plutôt mouvementée, en Octobre 90, 28 élèves sont accueillis dans trois classes (Maternelle, Primaire et Collège) par Mlle TRAN THI HANH, institutrice auxiliaire diplômée d’un CAP d’institutrice, mémoire vivante de l’école (elle y travaille depuis 1960), d’un dévouement remarquable, par Hervé FAYET, instituteur titulaire VSNA, par Mr NGUYENCHUNG TU, doyen d’université, docteur d’état ès Physique, licencié ès Mathématiques et par Mr Serge CAO, instituteur spécialisé titulaire résident. Les conditions de travail sont très difficiles : peu d’élèves mais beaucoup de niveaux dans une même classe, les climatiseurs qui rendent l’âme un par un, tout au long de l’année, les canalisations d’eau qui sautent, la cour-jardin en terre battue qui ressemble plus à une jungle qu’à une cour d’école… L’équipe enseignante, étoffée de jeunes et dynamiques professeurs vacataires (Trix STEIGEMANN, Elvina de MOUCHERON, Elisabeth BOBILLIER et Nadia DERBISE dispensent leur enseignement en prenant appui sur les cours du CNED pour les niveaux primaire et Collège. L’année scolaire 90/91 se déroule tant bien que mal. Quoi qu’il en soit et malgré les difficultés, la renommée de la petite école fait le tour de la ville. Les familles étrangères veulent à tout prix inscrire leurs enfants à Colette avec l’objectif clair et obligatoire pour ces derniers d’intégrer le cursus scolaire français. Ainsi, des élèves bulgares, tchèques, polonais, soviétiques, puis allemands, anglais et coréens s’inscrivent. Tout au long de l’année, des travaux sont réalisés : le toit refait à neuf, la moitié de la cour repensée et aménagée suivant les conseils d’un spécialiste de l’aménagement des cours d’école, de passage à HO CHI MINH-VILLE.

Le 18 Juillet 91, la pelle peut se remettre en action. Une deuxième partie de la subvention pour travaux attribuée par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger arrive enfin. L’entreprise vietnamienne de construction n° 4 réalise l’exploit de construire un bâtiment extensible, comprenant pour l’instant deux classes avec des toilettes et des douches pour l’Education Physique et sportive (EPS), en un mois et 20 jours.

Le 12 Septembre 91, l’école est prête à accueillir les 65 élèves officiellement inscrits de la Maternelle (à partir de 3 ans) à la 1ère. Suite à des changements de situation professionnelle, 56 élèves restent à la porte de l’école blanche et verte.

Enfin le 2ème instituteur titulaire VSNA, David LECLERC, débarque à Saigon le 6 Octobre 1991 et attaque le 7 Octobre 1991 son travail.

L’école comptabilise à ce jour 59 élèves (dont 36 français), 2 instituteurs VSNA, 1 instituteur directeur résident, 2 institutrices auxiliaires, 5 professeurs vacataires.

Quel bilan pouvons-nous tirer en ce début d’année scolaire : 1991/1992 ?

Si nous pouvons être satisfaits du chemin parcouru depuis un an, il reste cependant beaucoup à faire pour que l’Ecole Française Colette remplisse ses deux missions essentielles. A savoir, assurer la scolarité au profit des enfant des coopérants français qui contribuent au développement de la présence de la France à HO CHI MINH-VILLE. Et réaliser l’ouverture de l’école sur la société et la culture vietnamienne, ce qui est une des richesses de l’école française à l’étranger.

Il est à noter que les élèves étrangers intégrés en CE.2, 6è et 3è après test de niveau réussissent fort bien. Alors, Renouveau ou Renaissance ?