Nos jeunes ambassadrices, Jade Pham (2nde A) et Laureen Baritel (4ème), en finale à l’UNESCO

Les drapeaux

Les drapeaux

Quel point commun y a-t-il entre un jeune homme d’origine coréenne ayant passé toute sa vie au Japon ; une Française connaissant à peine la France pour avoir habité aux Philippines, en Libye et en Indonésie durant toute son enfance, et qui vient de s’installer au Vietnam ; une Française ayant voyagé régulièrement entre la France et le Vietnam avant de s’y installer définitivement; un Franco-Laotien parfaitement bilingue ; une Franco-Chinoise plurilingue étudiant à Tokyo ?

Ce sont nos jeunes ambassadeurs de l’équipe Asie qui représentaient respectivement le Japon, l’Indonésie, le Viêtnam et le Laos dans le cadre de la finale du concours « Ambassadeurs en herbe » qui s’est tenue du 11 au 16 mai au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science, et la Culture à Paris. Représentant la pensée plurilingue et pluriculturelle des établissements de l’enseignement français à l’étranger, dix zones étaient ainsi représentées : l’Afrique de l’Est, l’Afrique de l’Ouest, l’Amérique Centrale, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Europe du Nord, l’Europe du Sud, le Maghreb, le Moyen Orient et – bien sûr – l’Asie.

L’équipe d’Asie a été choisie par tirage au sort pour rencontrer celle d’Amérique Centrale. Ce n’était pas un affrontement; plutôt une discussion autour de la question que les deux équipes ont préparée ensemble : Un progrès humain qui déséquilibre la nature est-il véritablement un progrès ?

Laureen Baritel

Laureen Baritel

Pour répondre à cette question le jouteur laotien pour le primaire, a énuméré les façons dont le Laos participe, même si c’est d’une manière limitée, aux émissions de CO2, puis il a expliqué comment ses futures études scientifiques allaient lui permettre de trouver des solutions aux problèmes environnementaux actuels. Ensuite, la jouteuse indonésienne pour le collège, Laureen Baritel, élève depuis peu dans notre lycée à Ho Chi Minh Ville, a expliqué comment la modernisation des pays comme le Laos et l’Indonésie contribuait à des effets déstabilisateurs, telle que la disparation des forêts tropicales. A la suite de ces commentaires le jouteur japonais pour le lycée a interrogé l’idée de progrès en énumérant les conséquences désastreuses dues à l’instabilité du complexe nucléaire au Japon.

Jade Pham

Jade Pham

Après avoir écouté les exposés de leurs camarades, la modératrice Jade Pham, qui représentait notre Lycée Français International Marguerite Duras, et l’Ambassadrice du Salvador ont été chargées d’animer un débat de 10 minutes autour de la problématique étudiée. Leurs questions ont permis aux participants d’élaborer plusieurs solutions. La médiatrice en langue a enfin proposé une synthèse du débat en anglais pour clore celui-ci.

A l’issue des joutes et pendant que les élèves profitaient d’une visite du Canal Saint-Martin, le jury a eu la tâche difficile de choisir un élève par zone pour participer au débat final. C’est le jeune Ambassadeur du Japon qui a été désigné pour représenter l’Asie, et toute notre équipe l’a secondé avec enthousiasme.

Si le concours « Ambassadeurs en herbe 2013-2014 » est achevé, le débat, lui, n’est pas terminé pour autant. Notre équipe projette de continuer la discussion, de retour chez eux, lors de rencontres mensuelles entre élèves issus des différents établissements français à l’étranger, afin de sensibiliser leurs camarades au réchauffement climatique.

La délégation Asie

La délégation Asie

Ces jeunes Ambassadeurs, qui prendront part aux solutions futures apportées aux problèmes climatiques et environnementaux de notre époque, se sont montrés efficaces dans leurs recherches, doués pour comprendre et discuter de problématiques complexes, et originaux dans leurs propositions. C’est non seulement en étudiant les questions posées pendant trois jours à Paris que les élèves se préparent à résoudre les problèmes que nous n’avons pas encore réussi à résoudre, mais aussi en créant des liens, des amitiés et des relations au sein de ce réseau exceptionnel qu’est l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger. Ce sont ces liens, ces amitiés et ces relations qui faciliteront la communication entre nations et peuples dans l’avenir.